Actus des campings

Toutes les nouveautés des campings francais

Qu’est-ce que la permaculture ?

La permaculture contrairement aux idées reçues n’est pas une technique de jardinage. Il s’agit plutôt d’un modèle de conception. Il faut donc éloigner toutes les idées utilisant le mot « technique ». C’est une méthode systémique et globale qui a pour but de concevoir des systèmes basés sur l’écologie naturelle et de la coutume. Elle est en quelque sorte un mode d’action et non une méthode figée. Elle met en exergue l’écosystème et la biodiversité.

Petit historique du terme

« Permaculture » est un mot-valise. C’est un terme obtenu à partir de l’expression américaine « permanent agriculture » qu’on retrouve dans le livre intitulé « SoilFertility and Permanent Agriculture » de l’agronome nommé Cyril G Hopkins sorti en 1910. Cette expression sous-entend des méthodes culturales qui a pour objectif de maintenir la fertilité naturelle de la terre. Divers auteurs de livres, qui sont aussi des professionnels dans l’univers agronome ont repris l’expression pour exprimer leurs expériences. On la retrouve alors dans le livre « Farmers of Forty Centuries : Or Permanent Agriculture in China, Korea and Japan » de Franklin Hiram King en 1911 et dans le livre « TreeCrops : A Permanent Agriculture » de Joseph Russell Smith, sorti en 1929. Le mot « permaculture » n’a été utilisé pour la première fois qu’en 1978. Ce sont David Holmgren et Bill Mollison qui l’ont usé dans leur livre « Permaculture One ».

Ethique et principes

La permaculture est en fait un ensemble de valeurs fondamentales qui dirigent l’action et la réflexion. Son éthique peut donc être résumée au bon traitement de la nature (l’eau, l’air, les forêts et les sols), la considération de l’humain et la création de l’abondance et la redistribution des surplus. Les principes de base de la permaculture sont donc simples. On doit apprécier l’efficacité et la productivité des écosystèmes naturels par l’observation minutieuse et d’en découler des principes directeurs universels que tout le monde puisse adopter. Mais il faut noter aussi que chaque permaculteur peut développer son propre système de principes. Ce dernier est donc évolutif. Il peut changer d’un permaculteur à un autre. Sa base peut former un filtre, une façon de voir particulière, une vision et une manière de comprendre le monde. Plus ces principes sont intégrés dans la personne, plus ils se transforment en mode de pensée et d’action.